top of page

La longue histoire de la psychiatrisation de l'EM 2/3


Le PACE Trial


En 2011, le Lancet publie une étude connue sous le nom de PACE Trial, dont les auteur-trice-s sont des tenants de l'approche psychosomatique cités dans l'article précédent.

Comparison of adaptive pacing therapy, cognitive behaviour  therapy, graded exercise therapy, and specialist medical care  for chronic fatigue syndrome (PACE): a randomised trial (1)


L'étude reçoit un financement de 5 millions de livres sterling par l'UK Medical Research Council, le Department of Health and Social Care for England, le Scottish Chief Scientist Office et de manière controversée, par le Department for Work and Pensions (DWP), unique cas de financement pour un essai clinique.


Selon l'étude, la TCC et la réadaptation à l'effort fournissent d'excellents résultats sur le syndrome de fatigue chronique.

L'article reçoit une exposition médiatique importante et entérine le modèle psychosomatique du SFC.


Mais dès la parution, des critiques sur la méthodologie et les résultats se font entendre.

Quelques uns des éléments problématiques: 

  • Utilisation des critères dits d'Oxford (créés, entre autres, par les auteurs du Pace Trial eux-mêmes: Sharpe, Wessely et White) qui ne posent comme unique critère du Syndrome de fatigue chronique qu'une fatigue sévère, qui affecte le fonctionnement physique et mental, présente depuis minimum 6 mois et plus de 50% du temps.


  • Des paramètres changeants

À mi-parcours de l'étude, les chercheurs ont abaissé la barre de leur définition statistique de ce que signifiait « amélioré » ou « rétabli », rendant leurs résultats plus significatifs qu'ils ne l'étaient en réalité.

Concrètement, les scores de base des participants étaient évalués sur deux critères principaux: la fonction physique et la fatigue.

Alors qu'un certain score qualifiait les malades comme suffisamment handicapés pour participer à l'étude, le même score, après révision des indicateurs, les qualifiait de "rétablis" avant même tout traitement. 

Suite à ces changements de critères, 13 % de l'échantillon de participants étaient déjà considérés comme «rétablis» sur l'une de ces deux mesures avant même le début de l'étude. 


  • Les chercheurs du PACE ont fondé leurs allégations de succès du traitement uniquement sur leurs résultats subjectifs

Dans l'étude du Lancet, les chercheurs fondent leurs succès sur une mesure dite objective:  un test de marche de 6 minutes. Les malades ayant suivi de la réadaptation à l'effort auraient parcouru une plus grande distance que ceux suivis par d'autres traitements ou thérapie. Un raisonnement que l' on peut considérer comme léger une fois chiffré.

En effet, les participants du groupe de réadaptation à l'effort. ont enregistré en moyenne une augmentation modeste de la distance parcourue de 67 mètres, passant de 312 au départ à 379 en 1 an, tandis que ceux des autres groupes, y compris la thérapie cognitivo-comportementale, n'ont apporté aucune amélioration significative, à partir de valeurs de référence similaires.

Le caractère de succès du traitement est à remettre en perspective par rapport aux performances moyennes pour d'autres pathologies lourdes : 558 mètres pour les patients atteints d'insuffisance cardiaque de classe II (2), 626 mètres pour les patients atteints de mucoviscidose (3) et donne un autre regard sur la valeur du terme "amélioré/rétabli".


  • De 2011 à 2015, il y a eu une volonté concertée de toutes les personnes impliquées dans l'essai PACE pour empêcher l'accès et la publication des données brutes de cette étude, qui rappelons le, est financée par des fonds publics (c'est-à-dire par les chercheurs principaux eux-mêmes, les éditeurs, les bailleurs de fonds et les sponsors, y compris le Department for Work and Pensions (DWP), the Office of the Scottish Chief Scientist et la Queen Mary University of London).

Ce n'est qu'en portant l'affaire devant le tribunal que la publication des données de la recherche 'PACE' (4) sera ordonnée le 27/10/2015.


  • Conflits d'intérêt: Les auteurs de l'étude ont bafoué leur promesse dans le protocole PACE d'adhérer à la Déclaration d'Helsinki, qui exige que les participants potentiels soient "adéquatement informés des éventuels conflits d'intérêts des chercheurs"

Les principaux chercheurs ont eu des relations financières et de conseil avec l'assurance invalidité (Department for Work and Pensions (DWP)) qui ont d'ailleurs participé au financement de l'essai. Les auteurs ont mis en évidence que les thérapies de réadaptation, telles que celles testées dans l'essai PACE, pourraient aider les parents atteints d'EM/SFC à retourner au travail et, de ce fait, à renoncer à leurs indemnités. 

Ils ont divulgué ces liens avec le ministère des pensions lors de la publication dans The Lancet mais n'ont pas informé les participants à l'essai, contrairement à leur engagement protocolaire.

Il est également intéressant de noter qu'ils entretiennent également des liens avec le géant mondial de l'assurance médicale Unum.




Pourtant les auteurs du Pace Trial reçoivent le soutien du rédacteur en chef du Lancet, Richard Horton, qui refuse de retirer l'article, écrit un édito en leur faveur "Patients' power and PACE" (5) et dénonce, en interview, une «réponse orchestrée» des patients, basée sur «les allégations les plus légères et les plus injustes.» (6)


Ils reçoivent également de larges tribunes dans différents médias (bbc, the Times, the Guardian, the Scientist,...(7)) dans lesquels ils décrivent les malades qui critiquent leur étude comme des "activistes anti-science" et déclarent qu'ils sont victimes de la part de ceux-ci de harcèlement et de menaces de mort.



En 2015, 6 chercheurs dans le domaine de l'EM, écrivent une lettre au Lancet pour demander une étude indépendante (8)


Sans réponse du Lancet, la lettre est renvoyée en février 2016 avec cette fois 42 scientifiques signataires. 

Une 3ème lettre avec 92 signataires sera renvoyée en juin 2018 ainsi qu'une autre en juillet 2018 avec, cette fois, des associations de patients et des membres du parlement.(9)


À ce jour, le Lancet n'a toujours pas apporté de réponse.


Pendant toutes ces années, de nombreuses recherches ont été menées ne démontrant pas d'amélioration de l'EM/SFC par les traitements proposés (Keith J Geraghty, Leonard A Jason, Mark Vink, J. Mark VanNess, Todd E. Davenport, Christopher R. Snell, Staci Stevens, Bruce Levin, Brian Hughes,... (*Liste non-exhaustive en bibliographie) alors que d'autres études mettaient en évidence les nombreux dysfonctionnements métaboliques de l'EM/SFC et de son symptôme cardinal, le malaise post-effort, objectivé par le test cardio-pulmonaire sur 2 jours.



Illustration: Kornelia Paulsen





Bibliographie

(1) Comparison of adaptive pacing therapy, cognitive behaviour 

therapy, graded exercise therapy, and specialist medical care 

for chronic fatigue syndrome (PACE): a randomised trial (1)

P D White, K A Goldsmith, A L Johnson, L Potts, R Walwyn, J C DeCesare, H L Baber, M Burgess, L V Clark, D L Cox, J Bavinton, B J Angus, G Murphy, M Murphy, H O’Dowd, D Wilks, P McCrone, T Chalder, M Sharpe, on behalf of the PACE trial management group 

(5) "Patients' power and PACE"

(7)




Sources:

Trial by error - David Tuller


Ces billets portent sur l'influence académique sur la position du gouvernement britannique sur l'EM/SFC, au cours des années 1990



Bad science misled millions with chronic fatigue syndrome. Here’s how we fought back - Julie Rehmeyer


How a study about Chronic Fatigue Syndrome was doctored, adding to pain and stigma - Steven Lubet


The PACE trial – “one of the biggest medical scandals of the 21st century” - Richard Brooks


The long march by patients to prove that the official treatment for ME/CFS was wrong and damaging - Jerome Burne


What’s wrong with the PACE trial anyway? - Laura Elliott


ME/CFS: The Neglected Pandemic - Timothy Cooke


Reports of recovery in chronic fatigue syndrome may present less than meets the eye 

Fred Friedberg, Jenna Adamowicz (2014)

(En réponse à l'article 

Recovery from chronic fatigue syndrome after treatments given in the PACE trial

P. D. White,1, K. Goldsmith,2 A. L. Johnson,3,4 T. Chalder,5 and M. Sharpe6, PACE Trial Management Group)


TRIAL BY ERROR: The Troubling Case of the PACE Chronic Fatigue Syndrome Study

David Tuller (2015)


* Recherches

"In the Expectation of Recovery"

Misleading medical research and welfare reform

by George Faulkner (2016)


Chronic fatigue syndrome: is the biopsychosocial model responsible for patient dissatisfaction and harm?

Keith J Geraghty, Aneez Esmail (2016)


‘PACE-Gate’: When clinical trial evidence meets open data access

Keith J Geraghty (2017)


The PACE trial missteps on pacing and patient selection

Leonard A Jason (2017)


Special issue on the PACE Trial

David F. Marks (2017)


PACE trial authors continue to ignore their own null effect

Mark Vink (2017)


Bias, misleading information and lack of respect for alternative 

views have distorted perceptions of myalgic encephalomyelitis /chronic fatigue syndrome and its treatment

Ellen Goudsmit and Sandra Howes (2017)


Myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome patients’ reports of symptom changes following cognitive behavioural therapy, graded exercise therapy and pacing treatments: Analysis of a primary survey compared with secondary surveys 

Keith Geraghty, Mark Hann and Stoyan Kurtev (2017)


FITNET’s Internet-Based Cognitive Behavioural Therapy Is Ineffective and May Impede Natural Recovery in Adolescents with Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome. A Review

Simin Ghatineh and Mark Vink (2017)

 

Myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome and the

biopsychosocial model: a review of patient harm and distress in the medical encounter

Keith J. Geraghty  & Charlotte Blease (2018)


Cognitive behavioural therapy in the treatment of chronic fatigue syndrome: A narrative review on efficacy and informed consent

Keith J. Geraghty  & Charlotte Blease (2018)


Myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome patients' reports of symptom changes following cognitive behavioural therapy, graded exercise therapy and pacing treatments

Keith Geraghty, Mark Hann, Stoyan Kurtev (2018)


Opposition to Graded Exercise Therapy (GET) for ME/CFS

J. Mark VanNess, Todd E. Davenport, Christopher R. Snell, PhD Staci Stevens,(2018)


Rethinking the treatment of chronic fatigue syndrome—a reanalysis and evaluation of findings from a recent major trial of graded exercise and CBT

Carolyn E. Wilshire, Tom Kindlon, Robert Courtney, Alem Matthees, David Tuller, Keith Geraghty and Bruce Levin (2018)


A reexamination of the cognitive behavioral model of chronic 

fatigue syndrome (2018)

Madison Sunnquist and Leonard A. Jason


Graded exercise therapy for myalgic encephalomyelitis /chronic fatigue syndrome is not effective and unsafe. 

Re-analysis of a Cochrane review (2018)

Mark Vink and Alexandra Vink-Niese


Cognitive–behavioural therapy for chronic fatigue syndrome: neither efficacious nor safe

Frank Twisk, Lou Corsius (2018)


Graded exercise self-help for chronic fatigue syndrome in GETSET

Robert H Saunders (2018)


How not to conducte a randomized clinical Trial

Bruce Levine (2018)


Are ME/CFS Patient Organizations “Militant”? Patient Protest in a Medical Controversy

Charlotte Blease & Keith J. Geraghty (2018)


Cognitive behavioural therapy for myalgic encephalomyelitis/chronic 

fatigue syndrome is not effective. Re-analysis of a Cochrane review

Mark Vink and Alexandra Vink-Niese (2019)


How Psychiatric referrals influence stigmatization in patients with myalgic encephalomyelitis and chronic fatigue syndrome: an examination of american and british models

Julia M. Terman, Joseph Cotler, Leonard A. Jason (2019)


The ‘cognitive behavioural model’ of chronic fatigue syndrome: 

Critique of a flawed model

Keith Geraghty, Leonard Jason, Madison Sunnquist, David Tuller, Charlotte Blease and Charles Adeniji (2019)


Rethinking the Standard of Care for Myalgic Encephalomyelitis /Chronic Fatigue Syndrome

Fred Friedberg, Madison Sunnquist and Luis Nacul (2019)


Work Rehabilitation and Medical Retirement for Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome Patients. A Review and Appraisal of Diagnostic Strategies

Mark Vink, Friso Vink-Niese (2019)


Monitoring treatment harm in myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome: A freedom-of-information study of National Health Service specialist centres in England

McPhee G, Baldwin A, Kindlon T, Hughes BM. (2019)


Do graded activity therapies cause harm in chronic fatigue syndrome?

Tom Kindlon (2019)

 

Evaluation of a survey exploring the experiences of adults and children with ME/CFS who have participated in CBT and GET interventional programmes (2019)


Graded exercise therapy doesn’t restore the ability to work in ME/CFS. Rethinking of a Cochrane review. Work. 2020 Jun 14.

Mark Vink, Friso Vink-Niese (2020)


The negative impact of the psychiatric model of chronic fatigue syndrome on doctors’ understanding and management of the illness

Keith Geraghty (2020)


Response to Adamson et al. (2020): ‘Cognitive behavioural therapy for chronic fatigue and chronic fatigue syndrome: Outcomes from a specialist clinic in the UK’

Brian M Hughes and David Tuller


Treatment harms to patients with ME/CFS

David F Marks (2021)


The evidence base for physiotherapy in myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome when considering post-exertional malaise: a systematic review and narrative synthesis. 

Marjon E. A. Wormgoor & Sanne C. Rodenburg ??


Turning a Corner in ME/CFS Research

Derek F. H. Pheby 1 , Kenneth J. Friedman 2, Modra Murovska 3 and Pawel Zalewski (2021)


Off the PACE and not NICE

Brian Hughes (2021)


The Updated NICE Guidance Exposed the Serious Flaws in CBT and Graded Exercise Therapy Trials for ME/CFS 

Mark Vink and Alexandra Vink‐Niese (2022)


Is It Useful to Question the Recovery Behaviour of Patients with ME/CFS or Long COVID?

Mark Vink and Friso Vink-Niese (2022)


Patients with CFS remain severely disabled after treatment with graded exercise therapy in a specialist clinic in the UK 

Response to Smakowski et al.(2022)

Mark Vink, Alexandra Vink-Niese & Sarah F. Tyson 


Research priorities for myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome (ME/CFS): the results of a James Lind alliance priority setting exercise

Sarah Tyson a, Kristina Stanley b, Toto Anne Gronlund c, Sian Leary d, Mike EmmansDean e, Claire Dransfield f, Helen Baxter g, Rachel Elliot h, Rachel Ephgrave i,Monica Bolton a, Annette Barclay a, Gemma Hoyes j, Ben Marsh k, Russell Fleming l,Joan Crawford m, Ann West n, Opal Webster-Phillips o, Cristina Betts p, Susan O’Shea q,Vinod Patel r and Sonya Chowdhury e (2022)


Open Letter to the members of the Institute Quality and Efficiency in Health Care (IQWiG) (2022)


Treatment Harms to Patients with Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome

David F.Marks (2022)

 

The Draft Report by the Institute for Quality and Efficiency in

Healthcare Does Not Provide Any Evidence That Graded Exercise

Therapy and Cognitive Behavioral Therapy Are Safe and

Effective Treatments for Myalgic Encephalomyelitis/

Chronic Fatigue Syndrome

Mark Vink and Alexandra Vink-Niese (2023)


Treatment Harms to Patients with Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome

David F Marks (2023)


Graded exercise therapy and cognitive behavior therapy do not improve employment outcomes in ME/CFS 

David Tuller and Mark Vink (2023)


The Role of Psychotherapy in the Care of Patients with Myalgic

Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome

Tilman Grande, Bettina Grande, Patrick Gerner, Sabine Hammer, Michael Stingl, Mark Vink and Brian M. Hughes (2023)


Le 03/05/2023, plainte contre le Nederlands Kenniscentrum Chronische Vermoeiheid (NKCV) concernant ses recommandations de la TCC et GET pour l'EM.

Jugement par Stichting Reclame Code : "The chairman considers the advertisement to be contrary to Article 7 of the NRC. He recommends the advertiser not to advertise in such a way anymore."

En anglais ici

376 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page