Résolution sur la recherche biomédicale votée au Parlement Européen !

Dernière mise à jour : mars 22

C'est une première et un espoir pour plus de 2 millions de citoyens européens atteints d'EM : le 17 juin 2020, une résolution sur le renforcement du financement de la recherche biomédicale pour l'EM a été soumise au vote au Parlement Européen et a été adoptée ! (676 votes pour, 4 contre et 8 abstentions).

Accès au texte adopté et au communiqué de presse du Parlement Européen (documents en français)

Historique

Pour appuyer cette résolution, plus de cent scientifiques ont signé une lettre ouverte appelant à davantage de recherches en Europe.

La Coalition européenne pour l'EM (EMEC) et les associations européennes de patient-e-s, appellent l'Union Européenne à mettre en œuvre les moyens nécessaires pour la recherche biomédicale et pour la reconnaissance de cette maladie dévastatrice.


Des malades engagés La pétition à l'origine de cette résolution émane d'une jeune néerlandaise atteinte de l'EM depuis l'âge de 14 ans. Evelien Van Den Brink souffre maintenant depuis vingt-deux ans. Elle est allée en personne défendre le besoin de recherches avec beaucoup de conviction, allongée sur un brancard. "Renforcer la recherche est la seule façon d'avancer" dit Evelien. "Je suis presque complètement clouée au lit et je connais d'autres patients qui sont dans des états encore pires. Nous ne pouvons pas laisser une autre génération souffrir de cette horrible maladie". La pétition portée par Evelien Van den Brink et Francis Martin a été relayée partout en Europe par les collectifs, groupes de paroles et associations défendant la cause de l'EM. Elle a été signée par plus de 14 000 personnes, ce qui en fait l'une des plus soutenues à ce jour. Le 30 avril dernier, la Commission des Pétitions a voté à l'unanimité une résolution indiquant que "le sous-financement de la recherche biomédicale sur l'EM est injustifié".


Une maladie méconnue et mal diagnostiquée

L'encéphalomyélite myalgique (EM) est une maladie chronique, systémique et invalidante qui touche plus de 2 millions d'Européens [1,3]. Elle atteint des personnes de tous âges, genres, groupes ethniques et statuts socio-économiques ; elle apparaît progressivement ou peut être déclenchée par une infection [2,4,5].


L'EM peut être extrêmement sévère, clouant au lit des malades sans prise en charge médicale adaptée, isolé-e-s dans le silence et la pénombre, dans un état de dépendance totale et dans un épuisement et des souffrances proches de ceux de malades en fin de vie.

En l'absence d'un test de diagnostic et par manque de formation, l'EM reste méconnue des médecins et des scientifiques. A peine 10% des cas d'EM seraient diagnostiqués, dont 5% seulement chez les jeunes. De nombreux patients reçoivent un diagnostic des années après le début de la maladie [2,6-8]. L'EM est bien trop souvent diagnostiquée à tort comme trouble psychosomatique, en dépit des avancées de la recherche biomédicale qui démontrent de réelles atteintes physiologiques.

Errance médicale, mauvaise prise en charge, incompréhension, précarité, abandon fréquent du corps médical, explosion des familles, souffrances non soulagées, isolement etc. : c'est le quotidien aujourd'hui des malades de l'EM, "invisibles" aux yeux de la société.


L'EM en Europe


Le fardeau économique de l'EM en Europe est estimé à 40 milliards d'euros par an, en grande partie à cause des pertes de productivité qui lui sont liées [1]. 25% des patients sont alités ou confinés à domicile [2,9]. 55 à 80 % des malades ne peuvent plus travailler [9-14]. Ceux qui peuvent maintenir une activité professionnelle doivent considérablement réduire leur temps de travail et prendre fréquemment des arrêts maladie [2,9-14].

La poursuite forcée du travail aggrave la maladie chez les patients en état léger, pouvant entraîner une incapacité totale de travail, voire un état extrêmement sévère et sans récupération en l'absence de traitement. Souvent contraints à cesser leurs activités extra-professionnelles, les malades souffrent d'un isolement social sévère [2,13,14].

L'EM n'est pourtant toujours pas reconnue comme une maladie grave et invalidante dans la plupart des États membres de l'UE : de fait, les malades ont du mal à obtenir des aides financières [13] et peuvent vivre dans une grande précarité qui aggrave encore leur état. Bien qu'elle soit reconnue comme maladie neurologique par l'OMS depuis 1969 [15,16], il n'existe actuellement aucun test diagnostique et aucun traitement pour l'EM. Sa cause biologique reste à déterminer. Les malades, y compris les enfants et les adolescents, souffrent d'une qualité de vie pire que celle observée dans des maladies chroniques telles que le cancer, la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde et la mucoviscidose [17,22]. Les dysfonctionnements neurologiques, immunitaires, métaboliques et physiologiques dans l'EM ont largement été décrits [2,5,23-27], mais le manque de financement empêche l'approfondissement des recherches biomédicales. A ce jour, il n'existe pas de recommandations cliniques européennes pour l'EM [28]. De nombreux malades sont mis-e-s en danger par des interventions inadaptées couramment prescrites dans les pays de l'Union Européenne : médicaments psychotropes, psychothérapies et rééducation à l'effort notamment.

Ces préconisations empêchent une réelle prise en charge et leurs risques graves ont été signalés à répétition. Elles provoquent une détérioration majeure à long terme chez de nombreux malades [14,29,30], se sont révélées inefficaces lors de plusieurs essais cliniques [31-33] et sont à juste titre rejetées par les chercheurs en sciences biomédicales et les cliniciens spécialistes de l'EM [34-36]. Le CDC (Centre de Contrôle des Maladies) aux Etats-Unis et le Conseil de santé néerlandais ont retiré leurs recommandations pour ces interventions depuis plusieurs années [3, 37].


Un impératif : renforcer le financement des recherches biomédicales.


La recherche biomédicale sur l'EM est de toute urgence nécessaire pour améliorer la prise en charge médicale des patient-e-s. Son financement fait cruellement défaut dans l'Union Européenne, comme le souligne EUROMENE, le réseau européen de recherche sur l'EM [38]. Les priorités sont l'identification d'un marqueur biologique pour permettre un diagnostic fiable et précoce, ainsi que le développement de traitements sûrs et efficaces. Ce sont des enjeux cruciaux pour améliorer la formation sur l'EM dans les facultés de médecine et dans le milieu de la recherche scientifique.


Actuellement, chercheurs et médecins avertissent sur le risque d'évolution des formes longues de la COVID-19 vers l'EM [39-50]. Environ 10% des malades de la COVID-19 seraient concernés. Suite à la pandémie de SRAS en 2003, également provoquée par un coronavirus, des études de suivi sur plusieurs années ont montré qu'une partie importante des patients ayant eu le SRAS répondait aux critères de diagnostic de l'EM [51] ou en avait des symptômes proches [52]. Les patients atteints de COVID-19 qui développeront à terme l'EM doivent être diagnostiqués à un stade précoce pour recevoir des soins médicaux appropriés.


Répondre à l'enjeu majeur de santé publique qu'est l'EM en Europe est plus que jamais une priorité. Le vote de cette résolution, s'il est positif, est un pas en avant. Il est un espoir tout particulièrement pour les malades en état très sévère, dont le quotidien est similaire à celui de malades en fin de vie, pendant des années. Souvent abandonnés par leurs médecins qui se sentent démunis faute de traitements, totalement dépendants pour tous les gestes élémentaires, leurs souffrances sont intolérables et poussent certains au suicide quand ils en ont encore les capacités.


Pour les journalistes intéressés à relayer ces informations, mise à disposition d'un dossier de presse complet

Références [1] Pheby DFH, Araja D, Berkis U, et al. The Development of a Consistent Europe-Wide Approach to Investigating the Economic Impact of Myalgic Encephalomyelitis (ME/CFS): A Report from the European Network on ME/CFS (EUROMENE). Healthcare (Basel, Switzerland). 2020 Apr;8(2). DOI: 10.3390/healthcare8020088. [2] Institute of Medicine. 2015. Beyond Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome: Redefining an Illness. Washington, DC: The National Academies Press. https://doi.org/10.17226/19012. [3] The Health Council of the Netherlands. (2018). Advisory report on ME/CFS. https://www.healthcouncil.nl/documents/advisory-reports/2018/03/19/me-cfs [4] Chu, L., Valencia, I. J., Garvert, D. W., & Montoya, J. G. (2019). Onset Patterns and Course of Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome. Frontiers in pediatrics, 7, 12. https://doi.org/10.3389/fped.2019.00012 [5] Cortes Rivera, M., Mastronardi, C., Silva-Aldana, C., Arcos-Burgos, M., & Lidbury, B. (2019). Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome: A Comprehensive Review. Diagnostics, 9(3), 91. doi:10.3390/diagnostics9030091 [6] Centers for Disease Control and Prevention. What is ME/CFS? https://www.cdc.gov/me-cfs/about/index.html [7] Jason, L.A., Katz, B.Z., Sunnquist, M. et al. The Prevalence of Pediatric Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome in a Community-Based Sample. Child Youth Care Forum (2020). https://doi.org/10.1007/s10566-019-09543-3 [8] Geraghty, K. J., & Adeniji, C. (2019). The Importance of Accurate Diagnosis of ME/CFS in Children and Adolescents: A Commentary. Frontiers in pediatrics, 6, 435. https://doi.org/10.3389/fped.2018.00435 [9] Pendergrast, T., Brown, A., Sunnquist, M., Jantke, R., Newton, J. L., Strand, E. B., & Jason, L. A. (2016). Housebound versus nonhousebound patients with myalgic encephalomyelitis and chronic fatigue syndrome. Chronic Illness, 12(4), 292–307. https://doi.org/10.1177/1742395316644770 [10] Vink, M., & Vink-Niese, F. (2019). Work Rehabilitation and Medical Retirement for Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome Patients. A Review and Appraisal of Diagnostic Strategies. Diagnostics, 9(4), 124. https://doi.org/10.3390/diagnostics9040124 [11] Castro-Marrero, J., Faro, M., Zaragozá, M.C. et al. Unemployment and work disability in individuals with chronic fatigue syndrome/myalgic encephalomyelitis: a community-based cross-sectional study from Spain. BMC Public Health 19, 840 (2019). https://doi.org/10.1186/s12889-019-7225-z [12] Collin, S. M., Crawley, E., May, M. T., Sterne, J. A., Hollingworth, W., & UK CFS/ME National Outcomes Database (2011). The impact of CFS/ME on employment and productivity in the UK: a cross-sectional study based on the CFS/ME national outcomes database. BMC health services research, 11, 217. https://doi.org/10.1186/1472-6963-11-217 [13] The Norwegian ME Association. (2014). National Survey: abridged English version. https://www.me-foreningen.info/wp-content/uploads/2016/09/ME-Nat-Norwegian-Survey-Abr-Eng-Ver.pdf [14] Action for ME. (2019). Five year Big Survey. https://www.actionforme.org.uk/what-is-me/five-year-big-survey/ [15] World Health Organization (1969). International Classification of Diseases (PDF). 2 (Eighth revision ed.). Geneva: WHO. p. 173. "Encephalomyelitis (chronic),(myalgic, benign) 323" https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/70934/ICD_10_1969_eng_v2a.pdf [16] World Health Organization. (‎2004)‎. ICD-10 : international statistical classification of diseases and related health problems : tenth revision, 2nd ed. World Health Organization. G93.3 "Myalgic encephalomyelitis" https://apps.who.int/iris/handle/10665/42980 [17] Roma M, Marden CL, Flaherty MAK, Jasion SE, Cranston EM and Rowe PC (2019) Impaired Health-Related Quality of Life in Adolescent Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome: The Impact of Core Symptoms. Front. Pediatr. 7:26. doi: 10.3389/fped.2019.00026 [18] Winger, A., Kvarstein, G., Wyller, V.B. et al. Health related quality of life in adolescents with chronic fatigue syndrome: a cross-sectional study. Health Qual Life Outcomes 13, 96 (2015). https://doi.org/10.1186/s12955-015-0288-3 [19] Kingdon, C.C., Bowman, E.W., Curran, H. et al. Functional Status and Well-Being in People with Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome Compared with People with Multiple Sclerosis and Healthy Controls. PharmacoEconomics Open 2, 381–392 (2018). https://doi.org/10.1007/s41669-018-0071-6 [20] Eaton-Fitch, N., Johnston, S.C., Zalewski, P. et al. Health-related quality of life in patients with myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome: an Australian cross-sectional study. Qual Life Res (2020). https://doi.org/10.1007/s11136-019-02411-6 [21] Falk Hvidberg M, Brinth LS, Olesen AV, Petersen KD, Ehlers L (2015) The Health-Related Quality of Life for Patients with Myalgic Encephalomyelitis / Chronic Fatigue Syndrome (ME/CFS). PLOS ONE 10(7): e0132421. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0132421 [22] Nacul, L.C., Lacerda, E.M., Campion, P. et al. The functional status and well being of people with myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome and their carers. BMC Public Health 11, 402 (2011). https://doi.org/10.1186/1471-2458-11-402 [23] ME Association. (2020). Index of ME/CFS Published Research: May 2020 edition. https://www.meassociation.org.uk/wp-content/uploads/ME-Association-Index-Published-MECFS-Research.pdf [24] #MEAction. (2019). ME Research Summary. https://y9ukb3xpraw1vtswp2e7ia6u-wpengine.netdna-ssl.com/wp-content/uploads/2019/06/19_MEA_Revised_2019_Research_Summary_190610.pdf [25] Friedman KJ (2019) Advances in ME/CFS: Past, Present, and Future. Front. Pediatr. 7:131. doi: 10.3389/fped.2019.00131 [26] Komaroff AL. Advances in Understanding the Pathophysiology of Chronic Fatigue Syndrome. JAMA. 2019;322(6):499–500. doi:10.1001/jama.2019.8312 [27] Missailidis, D., Annesley, S. J., & Fisher, P. R. (2019). Pathological Mechanisms Underlying Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome. Diagnostics, 9(3), 80. doi:10.3390/diagnostics9030080 [28] Strand EB, Nacul L, Mengshoel AM, Helland IB, Grabowski P, et al. (2019) Myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue Syndrome (ME/CFS): Investigating care practices pointed out to disparities in diagnosis and treatment across European Union. PLOS ONE 14(12): e0225995. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0225995 [29] #MEAction UK. (2019). Lay Summary of the 2019 Forward ME Group CBT & GET Survey. https://www.meaction.net/2019/04/03/get-and-cbt-are-not-safe-for-me-summary-of-survey-results/ [30] Geraghty, K., Hann, M., & Kurtev, S. (2017). Myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome patients’ reports of symptom changes following cognitive behavioural therapy, graded exercise therapy and pacing treatments: Analysis of a primary survey compared with secondary surveys. Journal of Health Psychology, 24(10), 1318–1333. https://doi.org/10.1177/1359105317726152 [31] Smith MEB, Nelson HD, Haney E, Pappas M, Daeges M, Wasson N, McDonagh M. Diagnosis and Treatment of Myalgic Encephalomyelitis/Chronic Fatigue Syndrome. Evidence Report/Technology Assessment No. 219. (Prepared by the Pacific Northwest Evidence-based Practice Center under Contract No. 290-2012-00014-I.) AHRQ Publication No. 15-E001-EF. Rockville, MD: Agency for Healthcare Research and Quality; December 2014. Addendum July 2016. www.effectivehealthcare.ahrq.gov/reports/final.cfm. DOI: https://doi.org/10.23970/AHRQEPCERTA219. [32] Wilshire, C.E., Kindlon, T., Courtney, R. et al. Rethinking the treatment of chronic fatigue syndrome—a reanalysis and evaluation of findings from a recent major trial of graded exercise and CBT. BMC Psychol 6, 6 (2018). https://doi.org/10.1186/s40359-018-0218-3 [33] Vink, M., & Vink-Niese, A. (2018). Graded exercise therapy for myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome is not effective and unsafe. Re-analysis of a Cochrane review. Health Psychology Open. https://doi.org/10.117/2055102918805187 [34] Tuller, D. (2018). Trial By Error: Open Letter to The Lancet, version 3.0. Virology blog. https://www.virology.ws/2018/08/13/trial-by-error-open-letter-to-the-lancet-version-3-0/ [35] ME Foreningen (Danish national association for ME). (2020). Open Letter to Danish Health Politicians. https://me-foreningen.dk/wp-content/uploads/2020/01/Forskerbrev.-pdf.pdf [36] Workwell Foundation (2018). Opposition to Graded Exercise Therapy (GET) for ME/CFS. https://workwellfoundation.org/wp-content/uploads/2019/07/MECFS-GET-Letter-to-Health-Care-Providers-v4-30-2.pdf [37] Tuller, D. (2017). Trial By Error: The CDC Drops CBT/GET. https://www.virology.ws/2017/07/10/trial-by-error-the-cdc-drops-cbtget/ [38] EUROMENE website. http://euromene.eu [39] Open Medicine Foundation (2020). OMF Funded Study: COVID-19 and ME/CFS. https://www.omf.ngo/2020/05/19/omf-funded-study-covid-19-and-me-cfs [40] Komaroff, A. (2020). Center for Solutions for ME/CFS. Will There Be a Post-COVID-19 Form of ME/CFS? https://cfsformecfs.org/2020/05/12/will-there-be-a-post-covid-19-form-of-me-cfs/ [41] Hornig, M. (2020). What does COVID-19 portend for ME/CFS? https://solvecfs.org/wp-content/uploads/2020/04/COVID19-MECFS_Sci_Review.pdf [42] Leslie, K., Bull, M., Hilliard, N., and Clague-Baker, N. Physios for ME. Post viral fatigue in Covid-19. CSP Frontline 1, 6 (2020). https://www.csp.org.uk/frontline/article/we-answer-your-questions [43] Shepherd, C. ME Association. (2020). Covid-19 and Post-viral Fatigue Syndrome. https://www.meassociation.org.uk/2020/04/covid-19-and-post-viral-fatigue-syndrome-by-dr-charles-shepherd-30-april-2020/ [44] Washington Post (2020). Researchers warn covid-19 could cause debilitating long-term illness in some patients. https://www.washingtonpost.com/health/could-covid-19-cause-long-term-chronic-fatigue-and-illness-in-some-patients/2020/05/29/bcd5edb2-a02c-11ea-b5c9-570a91917d8d_story.html [45] Bustle (2020). ME/CFS Diagnoses Could Rise After Coronavirus, Researchers Suggest. https://www.bustle.com/p/mecfs-diagnoses-could-rise-after-coronavirus-researchers-suggest-22897345 [46] New Scientist. (2020). Could the coronavirus trigger post-viral fatigue syndromes? https://www.newscientist.com/article/mg24632783-400-could-the-coronavirus-trigger-post-viral-fatigue-syndromes/ [47] The BMJ Opinion (2020). Paul Garner: Covid-19 and fatigue—a game of snakes and ladders. https://blogs.bmj.com/bmj/2020/05/19/paul-garner-covid-19-and-fatigue-a-game-of-snakes-and-ladders/ [48] The Guardian. (2020). Lingering and painful: the long and unclear road to coronavirus recovery. https://www.theguardian.com/world/2020/may/01/lingering-and-painful-long-and-unclear-road-to-coronavirus-recovery-long-lasting-symptoms [49] Vox (2020). No one knows why these Covid-19 patients’ symptoms keep relapsing. https://www.vox.com/2020/6/4/21274727/covid-19-symptoms-timeline-nausea-relapse-long-term-effects [50] The Atlantic (2020). COVID-19 Can Last for Several Months. https://www.theatlantic.com/health/archive/2020/06/covid-19-coronavirus-longterm-symptoms-months/612679/ [51] Lam MH, Wing Y, Yu MW, et al. Mental Morbidities and Chronic Fatigue in Severe Acute Respiratory Syndrome Survivors: Long-term Follow-up. Arch Intern Med. 2009;169(22):2142–2147. doi:10.1001/archinternmed.2009.384 [52] Moldofsky, H., & Patcai, J. (2011). Chronic widespread musculoskeletal pain, fatigue, depression and disordered sleep in chronic post-SARS syndrome; a case-controlled study. BMC neurology, 11, 37. https://doi.org/10.1186/1471-2377-11-37

2 vues0 commentaire